vendredi 6 juillet 2018

Quelques extraits du DNA, option communication, de Laureen Revocato félicité par le jury.









jeudi 5 juillet 2018

Quelques impressions du travail typographique de Madelaine Pinot, étudiante semestre 4 en communication, lors du bilan de fin d'année.














mardi 5 juin 2018

Mémoire d'enfance, DNSEP de Yahui Zhu, option communication 2018.









mercredi 16 mai 2018

Quelques impressions de la journée d'étude hyperlivre.















dimanche 15 avril 2018

hyperlivre — journée d'étude consacré au livre, 16 mai 2018, ESAL Metz, 10–17h. Avec Ariane Bosshard, Alexandre Chaize, Philippe Millot, Émilie Rigaud, Samuel Vermeil, Philippe Ug. Organisé par l'ARC Edition. Entrée gratuite. Inscription ici.

jeudi 5 avril 2018

Inscription ouverte, deux workshops du 17 au 20 avril 2018.

SCOPIPHONE

Workshop Design graphique & Musique
Intervenant Philippe Tytgat

Assembler des images animés et du son, ou comment illustrer un extrait musical.  Des appareils similaires aux juke-box étaient installés dans les cafés et étaient capables de jouer des films musicaux. Il y avait les "soundies" des années 40 aux états unis, le scopitone en France, le Cinebox en Italie dans les années 60… C'est la première fois que l'on produit une video pour habiller le son, véhiculer l'image du musicien, obtenir l'attention du spectateur pendant toute la durée du morceau. Mais le clip tel que nous le connaissons aujourd'hui, prend forme en 1981, avec la création de la chaine musicale MTV. Chaine uniquement dédiée à la diffusion de produits culturels musicaux, inaugurée sur le symbolique morceau des Buggles, Video Killed The Radio Star...  Le clip est un exercice enrichissant, un terrain de jeu propice à de multiples expérimentations. Il permet une relecture d’un morceau, une seconde vision créative. Design graphique, typographique, photo, dessin… La seule contrainte sera d’utiliser son smartphone pour capter les images.

R-BIZARRE

Workshop Typographie & Histoire
Enseignant Jérôme Knebusch
En partenariat avec la Bibliothèque municipale de Metz et l'Atelier National de Recherche Typographique Nancy

Adolf Rusch, imprimeur à Strasbourg à la fin du XVe siècle, ne signait aucun ouvrage. C’est pourquoi que les historiens l’ont appelé l’imprimeur avec le R-Bizarre, car la forme du R est fortement inhabituelle, ressemblant à un monogramme AR avec lequel il parsemait les textes qu'il imprimait. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que nous lisons parfaitement son alphabet aujourd’hui, et que nous avons fini par appeler «romain». Adolf Rusch est l’un des tout premiers imprimeurs a avoir abandonné la forme gothique, courante dans toute l’Europe, pour manifester son penchant pour l’Humanisme. Le workshop débute par une visite à la bibliothèque municipale de Metz avec plusieurs incunables, imprimés en 1470-80. A partir des ouvrages originaux de Rusch, le but du workshop sera de faire de l'alphabet R-Bizarre un fonte numérique, avec des contours vectoriels parfaitement précises et pouvant être installée sur un ordinateur. Le workshop s’inscrit dans un programme de recherche de l’ANRT Nancy, et fera partie d’une exposition au printemps 2019 à Nancy.

Conférence de Philippe Tytgat (présentation de son travail), Mardi 17 avril à 17h, amphi.
Conférence de Jérôme Knebusch (présentation de ses recherches), Mercredi 18 avril à 17h, amphi.
Les conférences sont ouvertes à tous.

mardi 6 février 2018

L'impressionnant The Visual History of Type de Paul McNeil est arrivé en médiathèque, collecte de caractères sous forme de spécimens originaux, de Gutenberg à nos jours.







lundi 5 février 2018

Faune, caractère dessiné par Alice Savoie, commande publique du Centre National des Arts Plastiques est en ligne. Il peut être téléchargé et utilisé gratuitement.



jeudi 1 février 2018

L'ANRT organise la deuxième "Rencontres du troisième type" intitulée Écrire avec des images, 19–20 février 2018, Campus ARTEM, Amphithéâtre ICN, Nancy.

Les Rencontres du troisième type explorent les frontières des systèmes typographiques: ni latins ni non-latins, mais d’un autre genre. La popularité et le développement récent des emojis a réactivé le plus ancien des types d’écritures : l’écriture pictographique. Aux lettres de l’alphabet, qui constituent leur lointaine descendance, se mêlent aujourd’hui de petites images colorées, symboles primitifs et désormais quasi-universels. Leur adoption rapide par les utilisateurs du monde entier exerce une pression sans précédent sur l’organisme en charge de la normalisation de ces signes, le consortium Unicode, qui statue sur leur intégration. Par exemple, les débats suscités par la représentation en emojis des genres et des couleurs de peau soulignent à la fois les limites des représentations archétypales et leur ambiguïté intrinsèque.

Écrire avec des images, est-ce toujours écrire? Un système d’écriture pictographique est-il à même de tout exprimer, d’embrasser tout l’univers visible et dicible? Quels éclairages peuvent fournir l’exemple des écritures anciennes, tels les hiéroglyphes égyptiens ou des projets tels que l’Isotype d’Otto Neurath, sur ces pratiques contemporaines ? Quelles limites, linguistiques ou sémiologiques, y a-t-il à la normalisation de ces symboles? Quels rôles jouent les pictogrammes lorsqu’ils se mélangent aux lettres de l’alphabet ? Leur emploi est-il vraiment universel, ou note-t-on des différences d’utilisations, selon les pays et les cultures? La 2e édition des rencontres du troisième type croisera les champs du design, de l’illustration, de la typographie, de l’art, de l’égyptologie, de l’histoire et de la théorie du design, avec des conférenciers du monde entier. Elles sont ouvertes à toutes et tous: le programme complet et les réservations sont en ligne ici.



dimanche 14 janvier 2018

Initiation au design graphique: posters des étudiants semestre 3, agrandissements d'après des collages au format A5 en papier, et répondant à une interrogation personnelle.